Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Communiqué de presse

medium_cgt1.jpeg

 introductif_droit_syndicaux.pdf

refere_droits_syndicaux.pdf

CGT des fonctionnaires territoriaux et agent publics de Drancy

 

Avec Jean Christophe LAGARDE Député Maire UDF

A DRANCY, NI MOYENS, NI DROITS, NI DEMOCRATIE

POUR LE SYNDICAT qui défend les agents de la ville.

Après les Unes médiatiques sur la gratuité de Cantine à Drancy,

La dernière décision du Maire semble ne pas vouloir être divulguée.

Depuis le 19 février 2007, malgré le protocole d'accord signé par le représentant de la municipalité et le syndicat CGT, les droits syndicaux sont bloqués à Drancy.

Blocage des moyens en temps pour consolider les dossiers sur les 2 suicides d'agents du stade Guy Mocquet et sur l'agent des centres de Loisirs qui a attenté à ses jours moins de quinze jours après.

 

Blocage des moyens pour notre enquête sur le 2éme accident au travail d'un agent qui lui a coûté la vie.

 

Blocage sur notre enquête du nombre grandissant d'agents qui quittent la collectivité, qui s'arrêtent en congé maladie pour souffrance au travail, qui sont sanctionnés de mutation interne injustifiées et d'une augmentation des déclarations de harcèlement moral.

 

Blocage sur notre enquête sur la précarité grandissante dans la collectivité.

 

Blocage de notre enquête sur les nouvelles conditions de travail dans les cantines.

 

Le Préfet demande des informations complémentaires au Maire.

 

D'urgence la CGT a déposé une requête au Juge des référés pour que soient de nouveau traitées administrativement les demandes de temps syndicaux.

 

Concernant la procédure de fond et devant ce délit pénal*, la CGT demande 1 million d'euros et une indemnité journalière de 3000 €uros pour que rapidement le syndicat cesse d'être entravé dans son fonctionnement.

 

La CGT des territoriaux de Drancy, appelle toutes les organisations a interpeller le Député Maire, pour que cesse cette atteinte aux libertés, car s'attaquer au droit syndical, c'est s'attaquer à la démocratie et à tous les salariés de ce pays.

 

* Une plainte au Tribunal Pénal de Bobigny est en dépôt.

Les commentaires sont fermés.